Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Loloraidoutdoor

Loloraidoutdoor

Aventures

Articles avec #interview guillaume millet catégorie

Publié le par lo
Publié dans : #interview Guillaume Millet
A nouveau dans les 10 premiers de cet Ultra gargantuesque, c'est avec sa gentillesse et sa disponibilité coutumière que Guillaume a accepté cette petite interview :
d--part6.jpg

Guillaume, te voilà à nouveau dans le top ten, 6ème, alors que le niveau n’arrête pas de monter, comment expliques tu régularité sur cette épreuve qui apparemment te réussi ? 

 

Merci Laurent. En effet, c'est un peu ma course préférée, et j'ai de la chance car c'est sans nul doute désormais la course-phare de l'ultra-trail en Europe et peut-être dans le monde. Quand on voit que les 3 meilleurs américains étaient présents, on peut considérer que l'utmb a dépassé cette années les plus grand 100 miles US. Cette épreuve me convient bien car les montées sont longues et régulières, on peut utiliser les bâtons (je suis ancien skieur de fond) et surtout sa date est parfaite car je peux profiter des congés pour m'entraîner. Le reste de l'année, c'est plus compliqué pour moi de placer de grosses sorties d'entraînement. J'ai un boulot que j'adore mais qui est assez chronophage.

 

On annonçait du très haut niveau avec notamment les américains, à l’arrivée, les européens sont là, et les américains abandonnent, qu’en penses tu ? 

 

Je ne sais pas si on peut tous les mettre dans le même sac. J'ai cru comprendre que l'un d'entre eux n'avait pas tout à fait récupéré d'un 100 miles récent, un autre avait centré ses objectifs sur la Western States (comme les Réunionnais d'ailleurs qui sont costauds mais se préparent surtout le GRR) et le 3ème avait peut-être pris l'utmb avec un peu de suffisance. Je reste persuadé qu'ils sont très forts et je n'ai aucun doute sur le fait que Scott Jurek comptera parmi les prochains vainqueurs de l'utmb.

 

Raconte nous un peu ta course, as-tu eu des moments de doutes, as-tu gérés ?

 

Un peu comme d'habitude, départ prudent (50ème aux Contamines), et retour progressif. Je pense que c'est la bonne solution même si ce qu' à fait Nicolas Mermoud fait réfléchir. Des moments de doute, il y en a toujours. J'en ai eu déjà pendant la préparation puisque je me suis fait une entorse au Tour des Glaciers de la Vanoise. Pendant la course, le principal moment de doute a été la descente sur Vallorcine. Je me suis fait passer par 2 coureurs, je me voyais sortir des 10 et j'étais vraiment dans le dur. Là encore ça sera un bon enseignement pour l'avenir puisque non seulement je n'ai plus reculé mais j'ai repris 3 places. Rien n'est jamais perdu en ultra. Ni gagné d'ailleurs.

 

En tête de course, comment sont les relations entre coureurs ? Vous vous soutenez, vous ne bronchez pas, vous restez concentrés ?

 

Ca depend avec qui. On a plus d'affinité avec certains qu'avec d'autres. J'ai fait un morceau assez long avec Pascal Blanc du team Lafuma dont je fais aussi partie et un autre encore plus long avec Antoine Guillon du même team. Ce sont deux gars que j'apprécie bien (j'avais d'ailleurs terminé  main dans la main avec Antoine il y a  2 ans) et on a pas mal parlé, ça permet de se décentrer de la course, je crois que c'est plutôt positif.

 

J’ai été agréablement surpris par le côté festif de cette course (aux ravitos, spectateurs) ça doit sacrément vous stimulez, voire même ça donne envie de se griser ? (le piège) 

 

C'est sûr, c'est assez exceptionnel. Le seul truc comparable que j'ai vécu c'est la montée du Risoux à la Transjurassienne (surtout quand on est un régional de l'étape comme je l'étais). Tu as raison, ça peut être un piège mais d'une part, ça ne revient dans l'ensemble pas très souvent et d'autre part, ça fait partie de routines que j'avais travaillé en prépa mentale : ravito = public = force-toi à ralentir.

 

Pour ma part, j’ai eu l’estomac en vrac, comme la plupart des coureurs, as-tu ce genre de symptômes, et sinon, à quoi c’est du ?

 

C'est la question que doivent se poser environ 80% de coureurs. C'est franchement impressionnant le nb de types qui m'ont dit avoir arrêté à cause de ça ou bien terminé mais en ayant vomis ou au moins eu envie de le faire. Et de tous niveaux, y compris parmi les meilleurs. Je pense que le stress y est pour beaucoup, l'envie de trop bien faire au niveau recharge glucidiques les jours d'avant (donc surcharge du système digestif) peut-être aussi, Le froid pour certain (transpiration dans les cols + froid au ventre sur le dessus). Je n'ai pas de recette miracle, sorry. D'habitude je suis assez solide sur ce plan, cette année, j'étais quand même bien un peu limite. Enfin, c'est passé.

 

Du coup parlons diététique, tu tournes à quoi toi sur ces ultras ?

 

Bière à la testostérone et sandwich comté-epo. Accessoirement, punch power goût neutre pour le produit énergétique, gels de la même marque ainsi que qq powergels, soupes, qq pâtes et (surtout cette année où j'étais limite au niveau intestinal) coca + eau. Bref quasiment pas de solide.  

 

Partant pour l’année prochaine ?

 

A priori non car je serai tout l'hiver, le printemps et le début de l'été en Australie pour le boulot dans un endroit plat de chez plat. Maintenant, en fonction de la date à laquelle je reviens, et peut-être aussi un peu poussé par Lafuma, qui aimera sans doute conserver la victoire par équipe, je ne m’interdis pas de le faire. 

 

Tu prépares la Diagonale des fous très bientôt ? C’est quoi le programme jusqu’à cette nouvelle aventure ? 

 

J'ai demandé à un copain qui connaît bien l'entraînement en général et l'ultra en particulier (c'est un gars de vers chez toi : Jean-Claude Banfi) de me donner sa vision de choses sur les 2 mois entre les 2 courses. J'avais bien sûr mon idée mais je voulais voir si on était d'accord ou pas. ça m'a rassuré car c'était le cas dans l'ensemble et on a discuté sur certains points sur lesquels on était pas tout à fait d'accord. En gros ça va se découper de la façon suivante : récup 2 semaines (qui se terminent), bloc de développement en commençant par VMA en côte puis seulement séances descente et un week-end choc 29-30 septembre dans un endroit aussi proche que possible de la Réunion et enfin 2 semaines d'affûtage et reco du terrain (puisque j'aurai la chance d'y aller 10 jours avant pour donner des cours).

 

Les organisateurs pensaient que moins de 20 heures, c’était possible ?? Je pense que ce n’est pas possible ? Et toi ??? 

 

Scott Jurek dans un grand jour ne devrait pas être bien loin.

 

Un mot sur Marco Olmo ? Une nouvelle fois vainqueur à 59 ans…. ??? Mais comment fait il ? 

 

Aucune idée, pose-lui la question.

Si tu as une question a posé à un traileur n'hésites pas.... 

 

Ca vous brancherait de participer à une expérimentation sur la fatigue en ultra lors de l'utmb (avec suivi personnalisé en amont) ? Si oui, surveillez le magazine ultrafondus, on vous donnera les détails bientôt.
podium-copie-1.JPG

Encore merci et bonne continuation et bonne préparation pour la réunion

 

Voir les commentaires

Publié le par lo
Publié dans : #interview Guillaume Millet
 

Bonjour Guillaume,

Déjà un grand bravo pour cette belle série de bons résultats à l’UTMB 2005 et 2006, quelles régularités !

Comme tu le sais, je vais m’inscrire à L’UTMB 2007, et c’est tout naturellement que je suis rentré en contact avec toi pour te poser tout plein de questions….. Je te propose de commencer par les présentations :

Age :  38 ans

Ton lieu de vie : Parc Régional du Pilat (au dessus de St-Etienne)

Situation de famille : marié, 2 enfants

 Profession : Professeur des Université (staps)

Sports : ultra-trail Surnom(s) :  Gui

UTMB 2007, tu finis 5ème  en moins de 23h00. A ton avis, à quel moment s’est jouée la course pour toi ?

Pas à un moment particulier, c’est plutôt une gestion heure après heure en se bridant dans les moments d’euphorie et en essayant de se souvenir des expériences passées (notamment de 2005 sur l’utmb) lors des moments difficiles, en particulier dans la montée de Bovine

Es tu partis vite ?

Non. Je me suis amusé à faire les classements sur chaque section grâce au site web de la course. Sur les 2 premiers tronçons (environ 20 km), j’ai le plus mauvais tps des 10 premiers. 

Combien de temps as-tu pris aux ravitaillements ?

Le moins possible : 1 min en moyenne, sauf aux 2 bases-vie où je suis resté 5-7 min (changement de chaussures et repas un peu plus consistant)

Quel a été le moment le plus dur ?

Dans la montée de Bovine, mon gros coup de moins bien.

Et le meilleur ?

Col des Montets quand on m’a renseigné sur les écarts. Je savais que la place était acquise et que j’avais une chance de faire moins de 23h. C’était toutefois moins fun qu’en 2005 où j’avais fait les 20 derniers km avec Antoine Guillon et nous avions fini main dans la main.

Dis nous tout, au niveau de la nourriture, qu’est ce que tu prends tout au long de cette aventure ? et en boisson ?

Essentiellement du liquide ou semi-liquide : boisson énergétique (Punch Power et Wcup), des gels et de la soupe dès que possible. Donc très peu de solide à part qq pâtes à Courmayeur et à Champex

Pour faire un résultat, est on obligé d’avoir une assistance personnalisée ? En avais tu une ?  

Oui, c’est incontestablement un atout énorme. J’avais même 2 équipes avec moi, utile pour avoir qqun au pied du grand col Ferret et qqun de l’autre côté du col.

Faut-il partir vite ?

Partir vite est l’erreur la plus grossière et malheureusement la plus courante. Il faut absolument mettre un cardio pour se brider ou se forcer à marcher dès que c’est raide. En même tps, il ne faut pas partir sur un faux rythme si vous visez disons les 50 premières places.

Au niveau des textiles, comment gères tu ?

J’ai Lafuma comme partenaire donc je porte essentiellement leur équipement technique. Ces 2 dernières années, j’ai tout fait en court pour le bas et j’aime bien mettre de manchettes de vélo et un petit coupe-vent sans manche, qui permettent de gérer les différences de t° entre les montées et les descentes.

Préparation ? On lit tout et n’importe quoi sur une bonne préparation pour l’UTMB, comme toi, à titre personnel te prépares tu ? Entraînement type.. ? Ta dernière semaine avant l’UTMB, tu la gères comment ? Les autres courses te servent elles à te préparer ?

Pour ceux qui sont abonnés au magazine ultrafondus, j’ai écrit un article dans les n°32 et 33 pour parler de tout ça. En résumé, j’expliquais que, de mon point de vue, une course comme ça se prépare avec un entraînement de traileur classique (notamment tout le travail de VMA en côte) avec les modif suivantes :

 1)        on supprime les séances au seuil

2)       on ajoute qq micro-cycles de chocs type WE ou 3 jours à 10 h /j de rando-course avec bâtons. Dans la même idée de travail spécifique, 2 courses au moins de préparation du type le trail de Tiranges que j’organise en Haute-Loire (65 km, le 6 mai 2007), le trail du Mercantour ou le grand raid dentelles-ventoux sont essentielles.

3)       on accentue la muscu en préparation foncière

Pour la dernière semaine, c’est 3 sorties de 20 à 30 min et surtout beaucoup de repos (sieste et pas de reveil-matin si possible).

Est-ce ton objectif principal ?

Oui, en 2005 et 2006. En 2007 toutefois, je vais axer sur le Grand Raid de la Réunion même si je serai qd même à l’utmb (peut-être sur la plus petite des distances)

La saison hivernale, tu fais quoi ?

Si j’ai la chance d’avoir de la neige dans le Pilat comme ces 3 dernières années : du ski de fond. Sinon un peu de ski de rando et pas mal de muscu/prépa en salle sur tapis roulant.

A-ton avis, quel type d’athlète est avantagé par ce type d’ultra ?

Plutôt skieur de fond/raideur que coureur sur route. Ce n’est pas un marathon un peu long, c’est une randonnée un peu rapide.

Plutôt camelbak ou bidon ?

Sans hésiter 2x porte-bidons : pour pouvoir avoir eau et produit énergétique et remplir facilement (donc porter moins)

As-tu couru à plusieurs, ou fais tu ta course perso ?

Cette année, contrairement à 2005, pas mal tout seul. J’ai juste eu le plaisir de faire 2h avec Jens Lukas, l’allemand qui finit 4ème au palmarès long comme le bras en ultra (champion europe de 24h, vainqueur Spartathlon, …), un type super sympa. Il m’a presque demandé l’autorisation de me lâcher !

Que penses tu du niveau des femmes sur cet ultra ?

Ce qu’a fait Corinne Favre sur la CCC est énorme. Karine Herry a fait une belle perf mais je sais qu’elle peut faire mieux encore. Elle l’a montré à la Réunion par exemple.

Mais d’une façon générale, les femmes sont montrueuses sur le long. Pour moi, si je veux être première femme, il ne faut vraiment pas que je m’endorme… quand ce n’est pas carrément impossible, comme sur les 100 miles de la Western States. Il faudrait être sur le podium !

Que penses tu du niveau général de l’utmb ?

Sur le papier en 2006, c’était assez exceptionnel (mis à part Dawa, tout le monde ou presque était là). Mais je ne me suis pas affolé car sur ce genre de courses, il y a bcp d’abandons parmi les premiers. Il faut donc faire sa course sans se soucier des autres.

Le record peut-il être battu ?

Oui, c’est sûr et certain.

Est-ce que le fait qu’il y aura moins de ravitos va jouer sur le temps de course et donc les performances ?

Pas tellement pour les premiers. Sans doute un peu plus pour les gars derrière, mais ça ne changera pas tant de choses que ça. Peut-être sur le taux d’abandon mais ça ne se verra pas vu que ce taux augmente d’année en année.

Que penses tu du fait que l’organisation mette un critère de sélection à l’inscription ?

Ça ne me pose aucun pb dans le sens où ça permettra à plus de gars et de filles qui ont vraiment comme objectif d’aller au bout de s’inscrire. Et puis il y a la CCC qui est ouverte à tous. Quand on n’a pas fait 2 trails de 50 km dans sa vie, c’est déjà un bel objectif..

Le mental, on dit souvent que ces ultras comportent un aspect psychologique important ? Que peux tu nous dire sur l’aspect mental de cette course ? As-tu des hallucinations ?

Plus j’engrange de l’expérience (et pourtant je cours des épreuves d’endurance depuis l’âge de 15 ans), plus je me rends compte que le mental est essentiel, surtout en ultra. Sauf que c’est plus difficile à travailler ; la capacité à se faire mal, à se dépouiller, doit être en grande partie innée. Quant aux hallucinations, non. En raid, cela arrive après plusieurs jours de courses donc on en est loin ici.

UTMB 2007 ? tu es à nouveau partant ?

Comme dit plus haut, oui. J’hésite encore sur la distance et je le prendrai plus comme préparation au Grand Raid de la Réunion.

Quels sont tes projets à venir ?

Participer à le plus de courses « mythique » possibles dans les principaux sports d’endurance (trail, course sur route, ski de fond, VTT, raid multisport, triathlon, …), en France et à l’étranger. J’aimerais un jour en faire un bouquin.

Un petit quiz finale pour mieux te connaître :

1 film : La main de ma sœur dans la culotte d’un Zouave

1 livre : Les biographies, celle de Oui-Oui notamment

1 pays : la république du Saugeais

1 épreuve sportive : les bars parallèles

1 sportif : Jean-Paul II

1 sportive : Mireille Matthieu… ou Loana, je les confonds tjs 

1 défi : passer la nuit avec la sportive en question. Là je ne sais pas pourquoi mais je ne les confonds plus. 

1 rêve non réalisé : idem, mais dans une piscine 

des sites Internet préférés : On dit le oueb qd on est bléca. Bon allez un quand même pour finir sérieusement : www.ultrafondus.com

Merci Gui, et bonne fin d'année... Et à bientôt pour une visite dans nos Belledonnes..

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog