Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Loloraidoutdoor

Loloraidoutdoor

Aventures

Publié le par lolo
Publié dans : #Raids

30 ans que l'EMBRUNMAN existe, j'avais donc 13 ans pour le 1er, et à 43 ans, je décide de relever le défi. Ok, je suis à la base un raider et un ultra trailer, mais bon, il existe des courses comme ça qui paraissent inaccessibles, mythiques mais qui font rêver bon nombre de sportifs. Il est clair que je n'ai pas préparé cet événement comme tout triathlète qui se respecte : quelques longues sorties vélo, natation l'été, et 2/3 enchaînements grandeur nature; je dirai que j'ai fait le minimum pour espérer le terminer!

Mercredi après-midi, j'arrive sur le site avec mon assistante de choc Adé pour récupérer le dossard et déposer le vélo au parc. 1500 bolides de course squattent sur cet espace limité et très surveillé. Place au briefing qui me permet de mieux comprendre le règlement, l'interdiction du drafting et tous les "interdits". Nous partons ensuite camper non loin du départ grâce aux amis d'Elise.

3h37 : Réveil, petit dej, et direction le parc à vélo avec ma caisse de textiles et matériel. Mon échauffement consiste dans un premier temps à enfiler ma combinaison et à la fermer seul : C'est du sport! Nous avons le droit de nous échauffer dans le port, je les regarde plonger me disant, j'y vais, j'y vais pas.... Bref, j'y vais : Plouf dans les algues, je suis ravi, je n'aime pas ça moi les algues.

title.jpg

5h50 : Les filles partent! Nous les garçons, on commence à s'entasser tels des pingouins sur la banquise, attendant l'autorisation d'avancer sur le ligne de départ. Il y a énormément de monde, ça me fait penser au départ de l'UTMB où l'excitation et l'angoisse se mêlent et marquent nos visages. Moi, je suis stressé à l'idée de partir à 1500 en natation dans cette nuit toujours bien noire.

Embrun-France-Competitors-swim-during-the-29th-edition-of-t.jpg

6h00 : Pan! 1500 nageurs envoient des carpes dans le ciel, se passent les uns sur les autres, se donnent des coups non volontaires... Et au milieu, le lolo complètement perdu, je me sens oppressé, un truc de dingue, pendant 15 minutes, impossible de nager, j'suis à la ramasse complet. Ca bouillonne grave, les passages de bouées sont dantesques; se protéger des battements de jambes des autres, des coups de massues des bras, bref, une horreur! Paraît que ça fait un bruit de malade, dixit une spectatrice: "Toujours aussi impressionnant cette foule de cormorans qui bat des ailes dans la nuit". Je bois une tasse, beurk, elle est pas bonne, pfff.... Un tour de fait, puis deux, je nage souvent en brasse, quelle galère, et enfin l'arrivée : 1h20. Vu mon niveau, j'avais misé entre 1h15 et 1h20, bon, j'suis dans le créneau.

P1040627

7h20 : Je me change en cachant "ce qu'il faut" car la nudité est interdite, et c'est parti pour une vadrouille en vélo. Superbe parcours, j'ai adoré, un monde au bord de la route et des encouragements dignent de certains passages du tour de France, wow, j'adore! Je gère plutôt bien et remonte régulièrement des coureurs, Top! J'ai adoré le passage des gorges et cette montée au légendaire Col de l'Izoard! Quel pied! J'arrive à m'alimenter régulièrement (je gobe des pots de riz au lait : c'est top) et prends beaucoup de plaisir sur cette belle section. Je suis les conseils de Jim et Seb, gérer l'effort jusqu'à l'Izoard, ce que je fais! Adé m'encourage avant le sommet avec son enthousiasme communicatif. Le retour est assez long mais ça va bien, j'ai le moral même si les quadris commencent à se durcir un shouilla.

P1040642

Toujours cette incroyable ambiance de folie qui caractérise ce triathlon, et qui nous remonte comme des pendules. 8h15 plus tard, 188km dans les guibolles en 22,5km/h de moyenne! Ca c'est fait, c'est pas une grosse perfe mais pour mon niveau et mon entraînement, c'est pas si mal. Je passe le parc à vélo alors que Marcel Zamora passe la ligne d'arrivée en 9h43 : Ca calme!!! Je n'ai fait que la natation et le vélo et lui il va prendre la douche...

P1040645

15h45 : Départ de la course à pied dans une ambiance de folie notamment autour du plan d'eau où les triathlètes se croisent sous les encouragements des nombreux supporters. Je vais plutôt bien même si mon bidou commence à me faire des misères. Je termine le premier semi en 2h15 soit environ 10km/h. Le 2ème semi sera une autre paire de manche avec une nausée qui commence à monter en force, une gorge qui se sèche de plus en plus et une incapacité à manger.

P1040650.jpg

C'est dommage car ma vitesse de croisière me permettait d'envisager une arrivée entre 14h15 et 14h30. Mais voilà, plus de jus le lolo! Je suis obligé de marcher dans toutes les côtes et dès que je trottine, je suis guère plus qu'à 8km/h.... Je suis impressionné par le nombre de coureurs allongés par terre au bord du parcours, certains se faisant perfuser sur place; les sirènes de pompier retentissent dans tous les sens. Ca va le faire, mon Adé de choc m'encourage tout comme Elise, David et mon Seb (Nain)! Retour sur le plan d'eau, c'est le soir et on approche des 21h, l'ambiance est toujours aussi incroyable. Dernière ligne droite sur laquelle une haie d'honneur s'est formée sur une centaine de mètres en balançant des "Ola" : c'est juste ENORMISSIME, je ne touche plus le sol, je plane jusqu'à la finish line. 14h58! Ca c'est fait, je suis un IronLolo :-)

P1040658--1-.jpg 

J'atterri non sans mal, vaseux, un peu perdu; l'estomac au niveau de la gorge. Adé me récupère à la sortie du vélo et gère "tout", c'est simple, j'suis à l'ouest complet. On retourne au camping pour prendre une douche et je demande à boire un perrier citron. Je n'arriverai pas au bout allant vomir 2/3 litres de liquides ingurgités lors du marathon. Ca c'est fait et ça va mieux du coup! 

Pourquoi cette réaction? je pensais que mon estomac s'était bloqué soit dans la descente de l'Izoard avec le froid, soit à cause d'une saturation de boisson énergétique, mais je pense qu'il n'en n'est rien. Un article parlant de la pratique du sport sous la chaleur et notamment du triathlon m'ouvre l'esprit sur ce qui a bien pû m'arriver : J'ai trop voulu boire; Ca paraît incroyable mais à vouloir s'hydrater quasiment à tous les ravitos de la course à pied, et bien j'ai à priori saturé l'estomac qui ne pouvait pas vidanger les quantités de liquide ingurgités. Il y a une différence à boire une gorgée et un verre plein. Bilan, l'estomac se remplit mais les boissons ne sont pas digérées d'où les symptômes de la déshydratation avec nausées, et plus d'énergies. Ce constat me paraît crédible!

P1040661.jpg

Retour à la maison dans la nuit avec du coup un seul yaourt dans le bidou ce qui vaudra à un "- 3 kilos" le lendemain sur la balance pour la loutre asséchée.

BILAN :

- J'ai adoré l'ambiance exceptionnelle, qui rappelle certains passages de ravitos de l'UTMB, mais qui sur Embrun se retrouve plus fréquemment et en non stop jusqu'à minuit.

- Je n'ai pas aimé le départ en natation, mais ça, c'était ma pire appréhension.

- J'ai découvert l'univers des triathlètes, c'est un univers à part, mais "respect" car c'est un chantier quand même cet IronMan.

- J'ai découvert ce qu'était un IronMan, si je dois en refaire un, et ce ne sera pas Embrun, quitte à, autant changer, il me faudra prendre l'affaire plus au sérieux et travailler sur 8/10 mois pour être plus performant, c'est sûr.

- 3 jours après, ça va déjà très bien, je m'en doutais un peu car sur les 3 activités, 2 sports sont portés et donc peu traumatisant au niveau articulaire. Un ultra trail de 15h m'aurait plus dégondé à ce niveau.

ET ALORS : 

Ben à voir l'année prochaine, .... , si jamais; pourquoi pas le NORSEMAN!!!! ;-) Si le Norseman me veut...

GRAND MERCI Adé, t'as été au TOP!!! (et merci pour les photos)

 

Commenter cet article

doune 24/08/2013 00:44


Ben voilà, ca c'est fait et c'est bien dit... un univers à part, qui fait bien de l'oeil tout de même... Bravo vraiment, je pensais pas que c'était bouclable avec si peu d'entrainement
spécifique.

Pat 20/08/2013 14:35


A la base tu es un rameur Lolo !


Chapeau bas, encore une fois, tu démontres que tu es vraiment un maître !


 

David 18/08/2013 19:23


Bravo l'artiste...ça donne envie toute cette souffrance, cette nausée ...wouaaaouu....


:) On le tente l'année prochaine si tu veux et si je peux ///

Articles récents

Hébergé par Overblog