Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Loloraidoutdoor

Loloraidoutdoor

Aventures

Publié le par lolo
Publié dans : #Raids

Elle porte si bien son nom, La Diagonale des Fous, organisée par des fous pour des fous. Cette course est unique et heureusement car elle envoit du lourd, quelle vadrouille!

jeudi 20h, nous entrons dans l'arêne du Stadium Olympique de sant-Philippe, une sorte d'asile pour enfermer les 2500 fous que nous sommes. Concerts, animations, l'ambiance est festive, pour l'instant tout va bien! Quelle surprise de te voir Christian, au départ, merci pour la photo :

P1080559.JPG

22 heures, les fauves rugissent, la foule de supporters est là, on se croirait sur une étape du tour de France, 3, 2, 1 : GO!!!! Ca part au taquet dans les rues de Saint-Philippe, comme une Sainté-Lyon, un truc de malades, de ouf, puis le parcours se transforme en faux plat montant tournicotant autour des champs de canne à sucre. Remarque, si tu fais une hypo, tu n'as qu'à croquer les feuilles. Je calme un peu le jeu, prenant un bon rythme de croisière alors que ça double de tous les côtés. Arrivés au Kiosque Basse Vallée, c'est simple, la route se tranforme en un chemin qui monte droit dans la pente avec marches, racines et pierres, un premier véritable crapahut sur 2000m de dénivelé : Bienvenue sur la Diagonale. Je prends alors un rythme plus tranquillou car comme on se suit, ça bouchonne de temps en temps, mais je suis à la lettre les conseils de Dens et Sandrine, surtout ne pas s'affôler, laisser faire, prendre son temps, récupérer, manger et boire surtout ne pas doubler. Sur les premières crêtes, alors que nous ne sommes pas arrivés au sommet, je sens les premiers courants d'air frais, je me couvre de suite sans prendre le risque d'attendre le ravitaillement. Nous arrivons à Foc Foc, sur le plateau en direction du Volcan. Le relief est plûtôt vallonné, ça fait du bien de recourir un peu après cette longue montée. Je suis triste de voir mon Seb sur le bas côté, le genou en vrac causé par une chute. Plaine des Sables, Textor, Oratoire Sainte-Thérèse, cette première partie de course se passe bien, je gère me disant que la course commencera à Cilaos. Je ne m'intéresse pas au classement, comme dis un des raiders, la course commence à Cilaos, avant ça ne sert à rien de se prendre la tête avec ça. Je me tords deux fois la cheville, ma frontale rendant progressivement l'âme au niveau des piles. Mais pour changer des piles, il faut y voir quelque chose, je trace donc prudemment jusqu'à un ravito éclairé pour effectuer le changement de piles. Heureusement que je cours avec une légère chevillère Zamst, cela m'a permis d'éviter que la cheville parte lors des torsions.

Alors que je suis entrain de courir en compagnie d'un rasta sur une sente glissante et boueuse qui longe un barbelé, voilà pas que mon Bob marley se retrouve qu'avec une chaussure, l'autre étant restée dans la boue.... Ca annonce une belle fiesta en vu de la Forêt de Bélouve réputée pour sa végétation dense et sa gadoue glaizeuse...

aout-2011-2040.JPG

J'arrive à Mare à Boue au levé du jour, avec une vue sur le Piton des Neiges et qui vois-je sortir de la tente du ravito? Vincent Delebarre qui s'est accordé une pause sieste de 40 minutes. Nous repartons ensemble et partageons mon sandwich jambon. Il n'a pas l'air très bien le Vincent mais progressivement, il repart et me distance. Mais avant, il me lance : "On va traverser la forêt de Bélouve, ça va être dantesque"... Moi, cette forêt je ne l'a connais pas alors je ne me pose pas de questions. Une fois à l'intérieur, je comprends : des kilomètres de sentiers escarpés, boueux et glissants à souhait. Je reviens sur Maurice que j'avais connu au Grand Raid 73, puis Didier Verchère me reprend en pleine forme. Je profite de ces pas pour me redynamiser et sortir au plus vite de cet enfer vert et marron : gadoue, gadoue et re-gadoue. Que d'énergie dépensée sur cette patinoire, Waouh!!! Je gère au mieux pour garder du jus. Nous arrivons enfin à Hellbourg où mon Vincent n'a toujours pas l'air au mieux, quel dommage! Je suis revenu sur une fille qui apparemment avait pris la tête de course, mais des soucis de bide l'ont contraint à ralentir. Moi, ça va toujours pas mal du tout, et c'est bien par ce que nous attend le fameux Cap anglais et ses 1500m de déniv+.

Quel crapahut! Oulala, ça monte fort, je reviens sur cathy Dubois qui a un souci aux releveurs de la cheville, puis sur l'allemande de Salomon qui a des soucis digestifs, décidément la course commence à faire des dégâts.... Mais quelle montée! Tu arrives à la Croix, tu crois que c'est fini, et ben non, encore une crête à se taper avant de rejoindre la Caverne Dufour, gite du Piton des Neiges.

aout-2011-2043.JPGIl ne reste plus qu'à descendre jusqu'à Cilaos, sentier que nous avions découvert avec Mélissa en montant le Piton des Neiges. le sentier est technique mais on peut trottiner de temps en temps. Un peu de route et nous voilà à Cilaos, au 89ème km. 16h20 pour arriver sur ce grand site de ravitaillement, je suis alors classé132ème.

aout-2011-2044.JPGJe prends une douche fraîche, change de chaussettes, me tape un peu de poulet soupe, puis c'est reparti direction le TaIbit, à nouveau 1200m de déniv+ à se farcir. Quel panorama, c'est magnifique, je suis ravi de faire cette montée de jour car la vue est majestueuse sur le cirque.

aout-2011-2051.JPGJe papotte en anglais avec un anglais, je dois être encore bien lucide pour baragouiner quelques mots d'anglais. Ca monte à nouveau très fort!!! Comme d'habitude en fait. J'arrive au sommet puis bascule sur Marla. Super, je peux faire toute cette première descente en plein jour, profitant du ravito festif de Marla pour remettre la frontale sur la tête.

aout-2011-2054.JPG

La 2ème nuit vient de tomber; Je descends vite à Trois Roches, me classant exceptionnellement à la 97ème place. La remontée sur Roche Plate se passe bien même si j'ai le sentiment qu'il y a du vide le long du sentier escarpé. Nous enchaînons des montées et descentes de marches de toutes tailles. Ca commence à piquer fort au niveau des cannes et je sens une petite baisse de régime, genre petite hypo. Je me tape quelques "dragibus sauveurs", ne pouvant plus boire de boisson énergétique à ce moment là. Je n'y vois plus grand chose avec la frontale qui rend à nouveau l'âme, et comme je ne suis pas au top, j'assure mes pas jusqu'au ravito des Orangers. Je prends le temps, m'assois, change mes piles, j'ai un petit coup de moins bien, mais bon, ça va le faire c'est sur, jamais une pensée négative ne m'a effleuré sur cette course, allez mon lolo, forza. De toute manière cette course, tu vas la terminer, pour ne pas revenir la refaire! Je papote avec un réunionais qui connait bien le terrain, mais le parcours jusqu'à deux bras, au coeur de Mafate est très accidenté, escarpé et peu roulant. On descend, remonte, traverse des rivières sur des galets dans tous les sens.... Et enfin, après 26h56 de course, j'arrivé à Deux Bras en 109ème position. Et qui vois je? Johanna qui s'est arrangée pour venir en 4x4 avec l'orga.

blog-pied-gauche.jpgSuper woman cette Johanna qui m'apporte réconfort et encouragement. Dans l'ordre, je me tape un poulet avec lentilles et riz, puis massage puis 15 minutes de dodo. Johanna me réveille et hop..... Direction Dos d'Ane, paraît que c'est dur mais comme je ne connais pas, on verra bien. Je ne comprends pas grand chose au sentier, je décide alors de faire 1/2 tour croisant un coureur qui connaît le chemin. je repars avec lui quelques minutes car il m'emfûme dans cette montée technique avec mains courantes et échelles. Je monte tranquillement tout simplement parce que je ne peux pas monter plus vite. Je me fais reprendre par 3 gars, un autre roupille dans sa couverture de survie sur le bord du chemin. Enfin le sommet de cette via ferrata (presque) laissant place à une descente sur le goudron. On ne voit pas bien la rubalise, mon réunionais non plus mais nous arrivons au ravito sans trop de soucis. Sur le profil course, on a l'impression que nous n'avons plus qu'à descendre jusqu'à la Possession, tu parles!!! Il nous font à nouveau prendre un sentier hyper escarpé, chargé d'éboulis, heureusement que les arbres tiennent bien, on s'accroche à eux, puis comme d'habitude, le sentier remonte et redescent et remonte.... pfffff, c'est long quand même, j'ai les pieds bien explosés, flétris et des ampoules se sont formées sous la voûte. je douille à chaque pas mais bon, ça va le faire. Le jour commence à se lever et le terrain devient plus roulant (si ou peut dire ça). On arrive à la Possession mais il reste une longue partie courante jusqu'au ravito, c'est dur, je souffre des petous, enfin nous y voilà, Johanna m'accueille à nouveau avec la patate, ça me redonne le peps. Je me tape un petit déjeuner, café/pains aux chocolats, super ce ravito, j'suis fan!!!

blog-Iaurent-petit-dej-pos.jpgDirection maintenant le chemin des Anglais, une route vallonnée constituée de pierres de laves plus au moins taillées sur des kilomètres, en plein soleil avec vue sur la mer. Je cherche quelques balaines de loin mais c'est l'échec!!

aout-2011-2056.JPGDur dur ce cheminement caillouteux qui vient finir le travail d'explosion des pieds. Mais bon, faut passer par là pour aller à La Redoute, alors, pas de souci, j'irai à La Redoute coûte que coûte... Tu as déjà de la chance d'en être là, et tu vas aller au bout mon Lolo, jusqu'au Stade. J'arrive à Grande Chaloupe et retrouve à nouveau Johanna, ma supportrice officielle de cette fin de course. Je croyais que j'avais encore une bosse avant l'assaut final, mais Jo m'annonce que c'est la der, direction Colorado! Quelle bonne surprise, je suis aux anges.

blog-Iaurent-gd-chaloupe.jpgJe commence l'ultime ascension avec un sympathique réunionais, il en est à sa 5ème participation et c'est un coureur de marathon en moins de 3 heures, waouh!!! Je marche vite, je suis à la limite du coup de chaud mais bon, je m'accroche, je veux en finir, va falloir que ça s'arrête cette histoire. Un sentier recouvert de racines dans tous les sens nous mène à Colorado, enfin.... Plus qu'à descendre, je donne tout ce que je peux mais je peux plus grand chose, mal aux pieds.. Je me fais reprendre par 6 coureurs, tant pis, c'est comme ça, je ne peux pas mieux faire... 1h de descente en pleine chaleur, la route, le stadium, c'est fini!!! 38h06! C'est fait, j'ai survécu comme ils disent sur l'île. 

blog-Iaurent-a--l-arrive-e.jpg

Johanna m'apprend que Mélissa est toujours en course, j'suis trop content, elle va elle aussi réussir son épopée, la classe, elle m'épate! En prenant la douche, un coureur me dit : "C'est ta première", je lui réponds : "Oui, c'est ma dernière"... Course de dingots, je suis complet dégondé comme dirait mon Seb, j'ai du perdre 3 centimètres de hauteur, mes pieds sont "HS", mais, mais, .... , Finisher!!!! Et ça, ça n'a pas de prix!

Belles pensées pour tous les finishers et pour tous mes amies et amis qui n'ont pas pu terminer l'aventure, et grand respect, monsieur Chorier, t'es le boss!

aout-2011-2034.JPGProchainement un superbe album photos avec notamment les photos de Johanna, Mélissa et les miennes.... A suivre donc... Mais pour ceux qui veulent participer à la 20ème édition, en gros :

- Quand ça descend, ça remonte,

- Quand ça descend, tu ne cours pas souvent,

- Quand ça monte, ça crapahute,

- Forêt humide et dense en végétation = boue + gadoue,

- Quand il y a du soleil, ça cogne,

- Quand il pleut, c'est une douche,

- Quand il vente, c'est l'essorage à 1000 tr/minutes,

- Pas de répis,

- Les bâtons, c'est clair, ça ne sert à RIEN, trop content d'avoir tes deux mains pour monter à 4 pates,

 

Les réunionais sont FORMIDABLES!!!!

 

Commenter cet article

les tsomba 01/11/2011 18:42



Bravo à vous 2


Respect !!


A bientot en val gelon


 



Tibo 22/10/2011 18:30



Les savoyards sont vraiment très forts et tenaces. 


Bravo à vous deux, ça fera de beaux souvenirs pour les longues soirées d'hiver au coin du feu


 



blanc hérald 21/10/2011 08:51



Bravo pour ta course, ton commentaire est formidable, mais j'ésite a me lancer un jour dans cette aventure !!! trop durrrrrrr ....



doune 20/10/2011 22:07



Respect pour un Grand Fou que tu es !



Pat 20/10/2011 21:03



Ben... bravo ?


Sérieux, je savais que t'étais dingue, tu confirmes que tu es complètement foutrack ! Quand à Mélissa, respect, je m'incline, je me prosterne... Elle est encore plus frapadingue que toi !


Quel couple de folie !!!



Articles récents

Hébergé par Overblog