Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Loloraidoutdoor

Loloraidoutdoor

Aventures

Publié le par lolo
Publié dans : #Trails

Ah ce Grand Raid 73, quelle aventure!!! Je trouve, notamment cette année, qu'il porte bien son nom : Grand Raid! Quasiment aucun répit pour le trailer, des montées accidentées, des descentes techniques et parfois "droit dans pente"; nos corps sont chahutés tout au long du parcours. Et que dire de cette chaleur, venue ajouter une difficulté supplémentaire à la vadrouille savoyarde.

2h35 : Réveil, j'avale 2 tartines et quelques cuillères de riz cantonnais.

3h45 : Je retrouve la dream team du Val Gelon pour un covoiturage en direction de Cruet, village réputé pour son Vin et maintenant pour les Trails extrêmes.

5h00 : Départ pour la grande vadrouille au sein des Bauges, il fait 17°C, je sens que ça va pîquer!

2012-05-26-04.43.58.jpg

La dream team, ok Sam à des petits yeux, mais c'est parce qu'il n'a rien dormi, quelle idée d'habiter au-dessus de la Vogue

A partir du pied de la Roche du Guet, le terrain est très accidenté jusqu'au lac de la Thuile. Quelle chaleur, il fait lourd, je transpire déjà bien "salé". Arnaud nous encourage une partie du chemin, puis,... aie aie , après 2h30 de course, je sens des crampes venir titiller mes mollets (Déjà???) : La crampounette. Il est vrai que je n'ai pas mis de chausettes montantes X-Socks, ou manchons. Est-ce lié? Ou est-ce la chaleur? Ou les 2? Guillaume Bernard qui a testé les 2 me confirme qu'avec, il réduit considérablement le risque. Sauf que là, on est à peine au 20ème km, qu'il en reste 53 et qu'il va falloir géré déjà ce souci.

Alors que nous courions à 3 avec Manu et Sam, en me retournant dans une descente, je ne vois plus mon Sam?? Je me dis qu'il a du faire une petite pause. Sauf que j'apprendrai à l'arrivée qu'il s'était fait une entorse, qu'il a tenu bon jusqu'au Col de la Cochette (après s'être tapé le Colombier) mais du renoncer car sa cheville se tordait sans arrêt. Je suis déçu pour toi mon Sam car tu étais en pleine forme, mais bon... ce sont les risques du métier comme on dit (snif) :

2012-05-26-18.12.51.jpg

Sam, qui nous ramène un bel oeuf de pâques, le 26 mai, c'est plus la période!!!!

Après la Thuile, direction ce foutu Pic de Sauge! Alors c'est simple la Sauge, je ne l'a veux même plus dans mon assiette tellement cette montée est rude. 1000m de D+ en partant du hammeau de la Rongère, faut quasiment sortir le piolet, ça pique les mollets.... aie aie aie. Heureusement, je suis accompagné de Dédé, qui me donne du sporténine pour adoucir l'électrostimulation que m'inflige mes mollets. Avec Dédé, c'est simple, il me dépose dans les montées et je reviens sur lui dans les descentes. Un yoyo fort agréable avec un Dédé qui va nous sortir une magnifique course (12ème).

Après la Galoppe (on m'annonce 22ème), la Buffaz, direction les Aillons par une partie plane un peu longuette mais qui me fait du bien. Un des rares moment de répit durant lequel je fais tourner les gambettes. Objectif atteint, j'arrive aux Aillons (40ème km) plutôt pas trop mal même si je pense que je commence à être bien déshydraté. Mais les encouragements des supportrices du Val Gelon me donnent le peps, j'en oublie d'ailleurs mes bâtons.

100_7442.JPG

Avec Dédé, aux Aillons, quand 2 raiders se retrouvent sur un trail....

Bon : Reste plus que 33 km avec ce Grand Colombier et ses 1200m de D+ à avaler! je pars avant Didier, il me rejoint dans la première partie de la montée puis reste avec moi!!! On papotte mais je sens que je commence à avoir de plus en plus de mal dans l'ascension, de moins en moins de jus! Par contre au niveau des descentes, je sens que mes cannes ont du répondant. Je décide donc de garder ce rythme de métronome, pour garder de la lucidité et un minimum de jus pour courir en descente. Je dis à Dédé, de toute manière, faut que tu partes, que tu me déposes car la course se termine par 10km de descente! 5 minutes après, voilà mon Dédé qui me met une belle cartouche me déposant comme un sac! C'était prévisible mais il m'a mis une sacré dose. Peut-être les effets de son lavage de caboche dans un bac à eau pour vache pleine de mousse?

2011 1389

Le reste de la montée ne fût pas terrible, je garde mon petit rythme de croisière car de toute manière, je peux pas aller plus vite, je suis essouflé, je pense que je suis à la limite du coup de chaud. Dès que je suis à l'ombre, je soulève ma casquette pour ventiler et refroidir la caboche, et je mouille ma tête dans toutes les rivières... Enfin le sommet, ouf!!! Je vais pouvoir tester la descente, tout doux au début, je vois que j'arrive à dérouler, même si les jambes piquent (les crampes gagnent les quadris). Mais le retour au Col de la Cochette se passe pas trop mal, tout comme le reste de la descente en direction de la Fuly où je peux enfin m'abreuver comme une bête. Je n'avais plus d'eau en haut du Colombier, faut parfois porter sa croix un moment, avant de retrouver le bonheur de pouvoir remettre de l'eau dans ce corps asséché. 

Je ne vais pas très vite, mais j'avance toujours et relance dans les descentes jusqu'à la montée au Mont Pelat où la famille de Jérôme (qui terminera avec succès son 1er grand trail) m'encourage, quel bonheur! Je suis en hypo je pense, Jean-Claude Banfy qui coach des coureurs sur la course m'aide à choisir nourriture et boisson pour l'ultime assaut, le Mont Charvet.

2011 1387

Le Grand Colombier .... A oui, faut aller là-bas!!!

Je suis classé 16ème, mais je me fais reprendre par 2 coureurs dont David Uliana qui s'est bien refait la cerise malgré un coup de moins bien spectaculaire quelques heures avant dans la montée de la Sauge. J'arrive donc au sommet du Mont Charvet en 18ème position. Reste un dizaine de km, et après avoir utilisé mon cerveau pour alimenter le mental, je décide de le déconnecter pour, ma fois, tenter de dérouler à nouveau mes gambettes meurties dans cette descente bien exigeante. David me disait en me dépassant que j'allais revenir, je n'y croyais pas trop j'avoue. Sur les 1ers km de la descente je ne vois personne, je continues quand même sur ma lancée car quitte à avoir mal aux jambes, autant que ça ne dure pas trop longtemps. C'est au ravito des 5 derniers km que je reviens sur David et oh surprise, 2 autres coureurs. Comme quoi!!!! Je reste sur ma lancée jusqu'à Cruet, voyant à 200 mètres un autre trailer mais ne pouvant le rejoindre! Pas grave! Le compte est bon : 15ème comme l'année dernière, mais dur dur dans ces conditions : 12h de chaleur, Wow, il n'y a qu'à voir le tshirt de ce coureur salé pour "imager" ce que l'on a ressenti sur cette bambée :

2012-05-26-18.41.32.jpg

Comme de nombreux participants, l'heure qui a suivi l'arrivée a été délicate : brassé, pas faim, déshydraté et quelques symptômes du coup de chaleur. Du coup je décide d'aller me réhydrater par l'extérieur en prenant une douche tiède qui me fait le plus grand bien, puis je laisse la faim revenir avant de manger, par contre je bois beaucoup d'eau pétillante, la bibine ne pouvant pas passer.

En écrivant ces quelques lignes, je repense à Guilaume Bernard (brillant 5ème) qui a pensé à moi pendant le parcours, se demandant comment on pouvait participer à cette course quasiment chaque année! Je ne vous cache pas que moi aussi, je me suis demandé comment je pouvais récidiver... L'oubli sans doute que ça faisait aussi mal!! Parce qu'il envoit ce Grand Raid 73, une préparation idéale pour ceux qui envisageraient la Diagonale des Fous. Une organisation adorable, conviaviale, ils sont au top à Cruet!

Mais voilà, un nouvel OPINEL gravé, il mérite preque sa place auprès des trophées des grandes croisades :

2012-05-27-09.39.51.jpg

Mais l'envie de couper des rondelles de Saucisson avec sera plus forte, autant qu'ils soit utile se trophée, sauf que je me taperai 2 rondelles de sauce au lieu d'une, en mémoire à toute l'énergie dépensée ;-).

Bref, moi je dis que les descentes m'ont une nouvelle permis d'accéder à un résultat correct, et mon rythme de course, apparement d'une belle régularité y a été pour beaucoup!!! Comme quoi!!! Tout arrive.... L'expérience surement! 

Commenter cet article

jujutrail 27/05/2012 21:48


Guillaume a bien raison ! Bravo pour ta belle gestion de raideurs extrême. Sympa de t'avoir croisé un moment. Selon mes sources ils vont désormais l'appeler : Grand Raide 73km !

Arno 27/05/2012 17:44


Bravo mon LoLo !! belle course tout en maitrise !

Pat 27/05/2012 13:39


Respect


Déçue de ne pas t'avoir vu passer la ligne (à 3 coureurs près...) mais quel exploit de l'avoir fait !

Articles récents

Hébergé par Overblog