Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Loloraidoutdoor

Loloraidoutdoor

Aventures

Publié le par lo
Publié dans : #Trails
En 2008, le Marathon des Sables en sera à sa 23ème édition. Tout comme de nombreuses épreuves, celle-ci a bien évolué notamment en terme de niveau. Des athlètes se préparent que pour cet évènement comme par exemple l'espagnol Jorge AUBESO MARTINEZ (SP) champion d'Espagne des 100km, qui a terminé l'an passé 4ème et qui est venu s'entraîner sur place, visant la gagne. Les locaux marocains, souvent guides de trek, connaissent par coeur la moindre dune (leurs conseils sont des très riches en information).  Des français de haut niveau comme Vincent Delebarre, Samuel Bonaudo, Benoit Laval et cette année Gilles Diehl (rare européen avec Olmo à monter sur le podium) viennent se frotter aux marocains.
Les premières filles terminent souvent dans les 50 voire 30 premiers au scratch : Simone Kayser 3 fois vainqueur sera présente, femme expérimentée, diesel rassurant et régulier qui ne montre jamais de faiblesse.

J'étais surpris lors de ma première participation en 2004 du faible nombre d'abandons. Cela s'explique d'abord par le fait que tout abondan est d'abord causé par une blessure, ou un problème de santé important (déshydratation, coup de chaud, un concurrent a même été opéré en urgence d'une hernie en 2004 en plein désert). L'abandon que je nommerai psychologique est très rare, du style j'en ai marre alors je m'arrête, c'est trop long, ça me soule ou je ne vais pas gagné alors stop.... Pourquoi? Une des raison peut être la caution qui n'est pas encaissée si on franchi la ligne d'arrivée.. Et oui rien que ce réglement peut imposer à l'athlète d'arriver au bout ,180€ de perdu sinon. Mais la principale raison est la préparation des participants, souvent sérieuse, optimale pour mener à bien un projet qui leur est chère et cher.

Cette année,850 coureurs seront présents soit 200 de plus qu'en 2004. Il est vrai qu'avec une 35ème place en 2004 je pourrai viser et rêver mieux. Mais quand tu as 200 personnes de plus, ce serait faux que d'imaginer faire mieux qu'en 2004. D'autant plus qu'on nous annonce un niveau très élevé en tête de course, alors tout comme la première fois, je vais faire ma course, me faire plaisir et si plaisir il y a, bon résultat il y aura. Cette course est vraiment spéciale, je pense que sur un marathon sec, je me serai fait battre par les 100 premiers du MDS 2004. Mais voilà, la course dure 7 jours, on dort par terre, on mange ce que l'on porte dans son sac (souvent lourd 8/9 kilos avec l'eau), c'est rustique et certains athlètes de haut niveau s'adaptent difficilement à ce conditions.

Alors, dans un mois, le 23ème Marathon des Sables ouvrira les portes du Désert, ...., et j'en serai

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog