Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Loloraidoutdoor

Loloraidoutdoor

Aventures

Publié le par lolo

Tout comme le Dodo disparu lui fin des années 1600, cette espèce rare de Trail, référence du de cette discipline à Maurice a disparu en 2016. Mais contrairement à cet oiseau endémique de l'île, apparenté à un gros pigeon; ce magnifique Trail est lui réapparu cette année avec succès en ce 16 juillet 2017. Et j'ai eu cette change incroyable de participer à l'aventure, à la fête et à ce retour tant attendu.

Tout commence par un très bel accueil à l'aéroport ainsi qu'à la découverte du Sugar Beach Hôtel, et de la jolie case située au bord de la plage Flic and Flac que j'ai partagé avec Stéphane.

Baignade, balade en vélo et tentative de tout goûter au buffet seront mes premières activités assidues. J'ai été pas mal au niveau du buffet dessert si si c'est vrai. Au niveau vélo, comme à mon habitude, je n'ai pas pu m'empêcher de crever, heureusement non loin d'un réparateur local. Un clou dans le pneu, tu y crois toi? Remarque le pneu allait bien avant que passe devant son magasin?

De belles soirées entre amis chez les ALIPHON viendront m'apporter une immense joie, la crême de la crême, c'est simple, je les adore!

Puis s'enchaîne une sympathique partie de tournage vidéos pour évoquer le Dodo Trail sur la plage. Sauf qu'à chaque fois que j'intervenais, un nuage venait perturber la luminosité des prises de vues. Décidément, serai-je un peu poissard? Ou une sorte de Pierre Richard des îles? Je me demande parce que pour Mister Pommeret et Cécile, c'était Grand beau? Pfff....

Nous sommes chouchoutés à souhait par l'organisation qui fait preuve comme à chaque fois d'un sacré professionnalisme, le tout dans une convivialité des plus agréables. Le samedi je passe une très bon moment avec le boss Trailer de l'île, Simon et sa petite famille avant de retirer "the Dossard" de l'Extrême Dodo Trail : 50km et 3000m de D+.... et donc de D- (:-). L'occasion de retrouver la bestiole, grandeur nature, The big Dodo. Oui, je sais, c'est un faux, mais n'empêche que le vrai pesait pas loin de 10 kg quand même.

S'ensuit une petite nuit puisque le réveil sonna à 2h30 du matin. L'occasion de prendre un petit café avec l'ami Jérôme, Grand Animateur de la Course et de partir au départ situé au pied du Morne. Juste le temps de taper la bise à Yann, et Yannick et it's time to GO.

Ne sachant pas où je vais et dans quelle condition physique je suis du fait de ma déchirure au mollet en Mars, je pars assez prudemment car je le connais ce parcours : "De l'Enfer au Paradis", il va piquer les mollets et pas que!

Je retrouve dans la 1ère montée Cécile avec qui nous faisons un bout de parcours ensemble, avec Adrien également. Je me sens trop bien, c'est bizarre d'ailleurs, et ce moment d'euphorie me transforme en "Higlander", Immortel. Et ça, quand ça m'arrive, ce n'est pas bon signe car dans le film, à un moment donné, il a la tête coupée le Higlander.

Je tiens un bon moment sur ce rythme, puis la 2ème fille me rejoint après le sommet de l'île, Piton Rivière Noire. Le terrain est depuis un moment très glissant, mais je décide de la suivre. La descente technique arrive, je m'accroche derrière elle, disons, 1 minute, le temps de prendre une belle gamelle sur les fessiers. Sauf que la descente en luge à ses limites, notamment sans neige.

Ok, ok, je n'insiste pas très chère, filochez donc. Moi je reste avec mon Rodriguais Jean Rex qui s'en prend une bonne aussi. Parfait, on va se comprends tous les deux.

Il aura donc suffit de 20km pour que je comprenne qu'il n'y aura pas de miracles, que ça ne tombe pas du ciel comme ça, que oui, pour affronter l'extrême Dodo Trail, il faut être prêt et entrainer. C'est bien beau de nager à gogo, mais ça à ses limites, surtout sur ce Trail qui n'est pas un swimrun (ça m'aurait arrangé). J'ai un mal de pied comme rarement j'ai eu, excepté à ma première diagonale des fous, c'est "fou" non? Je n'ai pourtant pas nagé? Mais c'est comme si, apparemment, l'humidité des 15 premiers km a a été fatale à mes palmes, pfff.... Franchement, cette année, je n'avais pas besoin de ça!

Enfin l'arrivée après avoir monté quasi au piolet la Tourelle. C'est qu'elle monte des deux côtés cette montagne et tu t'en rends compte en redescendant l'autre versant. Alors voilà, un Dodo de plus dans le panier quand même malgré des bonnes douleurs musculaires. Mais au fond de moi, je suis très heureux car cette magnifique course signe aussi officiellement mon retour sportif, et ça, c'est juste magique.

Respect et grand bravo aux champions et championnes qui ont avancé comme des fusées, car c'est quand même sacrément technique ce parcours.

Grand merci à toute l'équipe de l'organisation pour ce moment magique et toutes ces si jolies rencontres qui donnent à ce séjour une dimension exceptionnelle.

The DODO TRAIL is back et de bien belle manière.

Une pensée également à Philippe mon sauveur de la veille de course.

Mais au fait, quand on parle de l'extinction du Dodo, la bestiole cette fois-ci, en sommes-nous certain?

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog