Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Loloraidoutdoor

Loloraidoutdoor

Aventures

Publié le par lolo
Ötillö 2016, "Here we are"

Si on m'avait dit qu'un jour, dans ma vie, je participerai à l'Ötillö, le championnat du monde de Swimrun, j'aurai bien rigolé car cela me paraissait un challenge juste impossible vu mon expérience de nageur.

Et puis voilà, entre temps, il y a eu le Norseman en 2014, ouvrant la porte de cette course mythique composée de 10km de natation découpés en 25 sections et 65km de course à pied sur les 26 îles suédoises.

C'est donc avec Camille, ma binôme de choc, que nous nous sommes retrouvés à Stockholm vendredi 2 septembre, accueillis par un magnifique couché de soleil.

Ötillö 2016, "Here we are"

Au programme, visite et découverte de la ville et c'est avec nos amis du Team Belove Elfie et Tom (l'homme qui parle aux oreilles d'un phoque en 2015) que nous partagerons la chambrée samedi soir. Couple extra... Ordinaire qui nous rassure et nous apporte toute leur expérience du swimrun et de l'Ötillô car pour nous, il s'agit juste de notre première expérience dans cette discipline.

Ötillö 2016, "Here we are"

Il ne reste donc plus qu'à ne pas rater le bateau qui nous emmène sur l'île du départ dimanche midi : Sandhamn. Ce nom nous fait penser à une série qui passe en ce moment sur Arte "Meurtre à Sandhamn", aie aie aie, j'y vais mais j'ai peur :-)

Ötillö 2016, "Here we are"

Nous récupérons notre matériel, et sommes dispatchés dans les nombreuses chambres de l'hôtel. Plus qu'à se préparer pour passer une courte nuit puisque le réveil est prévu à 4 heures le lendemain. Je prépare toutes mes affaires et Camille aussi (lol). Place au Breifing animés par les Boss de choc : "Here we are"

Ötillö 2016, "Here we are"

Curieusement, je passe ma meilleure nuit suédoise, la veille de la course... Paraît même que j'ai ronronné fort = ronflé. Et le hasard fait qu'au petit déjeuner, un binôme discret s'installe à notre table; quelques heures plus tard, ce seront les champions du monde. Et ben nous, on sait ce qu'ils prennent au petit déjeuner, et oui....

Ötillö 2016, "Here we are"

6h00, dans une ambiance à la fois pleine d'excitation et angoissante, Mats donne le départ et lâche les fauves, enfin les squales. Direction la première section à la nage longue de 1780 mètres dans une eau à 11 - 13 degrés.

Nous partons sur un rythme soutenu mais pas à fond, car la course sera longue. Gestion et patience seront les maîtres mots de notre stratégie de course. L'objectif est d'avoir encore des gambettes et de l'énergie sur la longue section de course à pied de l'île d'Ornö dans le dernier tiers de la course.

On arrive sur la plage et enchaînons de suite dans l'eau, sans se poser de questions. De toute manière, il ne faut pas s'en poser car nous devrons retourner à l'eau encore 24 fois. Avant la fin de cette section natation, on se fait passer dessus par deux golgotes suédois. Mais pas grave, on ne s'énerve pas car il faut s'économiser.

Nous traversons la 1ère île qui se révèle être très technique. Ce ne sera pas notre fort les terrains accidentés, mais ça on le savait, alors pas de soucis, on se fait doubler sans s'énerver. Toujours mettre l'énergie là où on en a besoin pour durer.

Ötillö 2016, "Here we are"

Les îles et sections de natation s'enchaînent. Je gère les ravitaillements entre les sections et partage à chaque fois les pâtes de fruit avec Camille. On s'encourage et on se parle beaucoup pour gérer le rythme. Les sections à pied deviennent plus roulantes ce qui nous permet de mieux nous exprimer et de passer les portes horaires avec un réel confort.

Arrive le Pig Swim, 1400 mètres de nage dans les vagues et les courants de la Baltique. Ca pique grave et chahute notre cordée. Oui cordée car Camille me tracte en natation, en me calant derrière ses pieds grâce à un élastique. Elle fait également la navigation ce qui est très impressionnant, notamment dans ces vagues qui nous giflent sur le côté et parfois se brisent sur nous.

On sort de cet enfer frigorifié, Camille ne sent plus ses pieds, mais un Twix réparateur nous redonne du peps. Ce qui est compliqué, c'est quand tu fais une section longue à la nage, tu as froid. Tu sors de l'eau et le vent vient te saisir car la combinaison est mouillée. Et si la section sur l'île n'est pas assez longue pour se réchauffer, tu retournes dans l'eau en ayant toujours froid et là, ce n'est pas le sensation la plus agréable.

Les îles sont magnifiques, les habitants et supporter des autres équipes nous encouragent. Je suis ravi de me taper des soupes sur quelques transitions qui apportent un peu de salé et une bonne hydratation. Bon, ok, je bois quelques fois l'eau de la Baltique qui se révèle être très peu salée, presque goûtue.

Ötillö 2016, "Here we are"

On arrive sur l'île d'Ornö, la fameuse grande section de 20km à pied. On sait, on sent, que si on ne se blesse pas et qu'on gère encore l'affaire, ça le fera. On trottine et nous prenons une nouvelle fois un rythme pour durer le plus longtemps possible. Après cette île, il ne nous restera plus que 1000 mètres de natation entrecoupés de petites sections et 7 km à pieds dont les derniers 3000 mètres avant l'arrivée. Au ravitaillement d'Otnö, on se met un petit défi : tenter le 12h00 de temps sur la course. Cet objectif nous permet de ne rien lâcher, de relancer la machine et de rester lucides.

La fin de cette longue section arrive enfin; il est temps de retourner à l'eau. J'aperçois alors des dizaines de petites méduses blanches irradiées par le soleil qui traverse l'eau. C'est comme si je voyais les étoiles mais dans l'eau. Camille me fait part de légers petits troubles, comme si elle était "pompette". 2 réponses à ce comportement :

- soit au ravito elle a trouver autre chose que de l'eau et du redbull à siroter, une bière Ötillô par exemple

- soit c'est un début de fringale - hypo

Allez, je penche pour la seconde réponse, du coup elle mange tout ce qui passe, j'ai sauvé un bout de mollet, ouf :-)

On ne lâche rien, dernière section de 100 mètres de natation sur les 10 km, Wow... Enfin. Je n'arrive plus à lever les bras depuis au moins 1500 mètres, les épaules étant fracassées. Et il ne reste plus que les 3 derniers km sur lesquels on coure tout du long pour franchir la ligne d'arrivée sur l'île d'Utö en 12h43 secondes.

On l'a fait : YESSSSSSSSSSSSSS

Ötillö 2016, "Here we are"

C'est juste incroyable, j'en ai rêvé, et on l'a fait! Finisher de l'Ötillô avec Camille.

Here we are!!!!

17ème équipe mixte, top 20 mondial pour une première, on prend tout avec GRAND bonheur. 79ème / 119 équipes. Il n'y aura que 10 abandons : quel niveau général!

Et quel plaisir d'avoir pu profiter pleinement de la course et de prendre du plaisir à ce point.

Ötillö 2016, "Here we are"

C'était génial! Grand merci Camille, tu as été au top en gérant ta course et en faisant le travail sur ces sections de natation parfois bien compliquées.

Merci au team BELOVE, adorable binôme de choc et de charme, vous avez été énormes.

Bravo le team BB Rockets, Boris et Benj, des avions de chasse (squales de chasse) d'une incroyable gentillesse tout comme Julien et Morgan.

Merci à tous nos partenaires et amis pour ce soutien sans faille.

et merci Mats, Mickaël, et tout l'équipe de l'organisation pour oser nous proposer une telle course de fous. Mais que je l'aime cette douce folie.

http://otilloswimrun.com/

Allez à la votre, ça s'arrose :-) et j'espère à l'année prochaine, car il y a un sacré goût de reviens-y.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog